Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

11-01 365

Odile Kerdranvat; la présidente et Patrick Clermont, le directeur de la MPT de Penhars.

 

Samedi dernier, la présidente et le directeur de la MPT de Penhars ont présenté leurs vœux  aux habitants, aux associations, aux partenaires, aux bénévoles, aux artistes...

 

Il y avait du monde... pas mal. " Beaucoup d'appelés mais peu d'élus " , un seul en fait, l'adjoint chargé de la vie sportive, parce que, ce jour-là, à la même heure, l'équipe municipale présentait ses vœux aux employés municipaux. Bof ! L'essentiel, est que la Mairie ait confirmé la pérennisation du poste de la médiatrice culturelle. Celle qui, par son travail dans le quartier, dans les établissements scolaires, dans les nombreuses structures, nous donne envie de participer aux spectacles, aux fêtes, aux ateliers...

 

Répondre aux attentes

Ces vœux donc, qu'ils soient d'Odile Kerdranvat ou de Patrick Clermont, ont été : " que les activités proposées par la MPT correspondent aux attentes des habitants ", " que les spectacles attirent beaucoup de monde ", " qu'il y ait des volontaires aux prochain conseil d'administration ", que les gens trouvent, dans le quartier, des lieux sympas pour se rencontrer, pour causer et partager ". A ce moment du discours, Penhars Infos comme beaucoup d'entre vous pensent au projet du centre commercial de Kermoysan pour lequel les commerçants et leur clientèle souhaitent fortement une galerie couverte (cliquez ici).

 

La suite de la cérémonie fut une présentation longue, trop longue pour des gens qui participent activement à la vie de la Maison, du programme semestriel des spectacles du Terrain Blanc. (Vous pouvez le consulter en cliquant ici).

 

11-01 364

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


Pour Yakalélé, de vrais raisons techniques et logistics expliquent la situation, n'en faites pas un acte politique. Par ailleurs, le festival insolent pourrait faire son retour. Le pôle Max Jacob
va permettre une expression culturelle, y compris musciale comme jamais sur Quimper, donc question de point de vue...


Pour les voitures, toute ville moderne se dote de modes de déplacements plus doux, et doit bien contribuer à une politique environnementale vitale. D'autant que le centre ville y gagne
inconstetablement en attrait (comme partout où ce fut fait par ailleurs), si vous avez vu les plans, assisté aux réunions etc...En effet, ne rien changer est plus simple et moins risqué...


Question d'interprétation toujours et encore...


 



Répondre
G


Par "bobos", j'évoquais la gauche "bien pensante" à la laquelle vous faites allusion. Ne jouons pas trop sur les mots! Ce n'est pas vous que je critique mais certains élus quimpérois, déconnectés
de la réalité de la ville. J'ai l'impression de me retrouver 40 ans en arrière, quand De Gaulle proposait une fac à Quimper mais que les élus n'en  voulaient pas... trop
de jeunes...trop de bruit... J'ai l'impression de revivre la même chose, "Yakélélé" dehors, la galerie de Kermoysan out, mais une jolie petite ville sans voitures pour les touristes anglais
et néerlandais. Tristesse, c'est tout, pour quelqu'un qui y croyait en votant un dimanche de 2008 pour une liste où il y avait des gens biens qui avaient fait leurs preuves dans la
société civile...comme vous sans doute, d'après ce que j'ai pu comprendre au fil de nos échanges! 



Répondre
J


Je ne vous ai pas attendu, ni cette carte de voeux d'ailleurs, pour déclamer à qui veux l'entendre que je me considérais avant tout comme citoyen du monde.


Pour le reste, question d'interprétation..Je n'ai jamais evoqué les "bobos" que vous utilisez...Et je donne juste mon avis sur la gauche bien pensante comme vous le faites sur la gauche
caviar...Je ne suis pas moins libre que vous camarade. D'ailleurs, vous dénominez pour votre part une assemblée bien précise (ce que je n'ai pas fais pour ma part), sans en connaître très
certainement une partie de ses membres pour oser parler de "gauche caviar"...


 Mais, cela vous conforte de jouer le pot de terre contre le pot de fer...Le schéma est bien binaire, mais pour vous constitutif, alors, quoique je dise, votre pré-carré ne bougera
jamais...Vous avez raison, je suis tellement eloigné des réalités !!! si vous saviez !!!!


Non salutations...


 



Répondre
G


La foi qui importe


Je ne suis pas breton, français, letton, chinois, anglais


Je suis à la fois tout cela.


Je suis homme universel et général du monde entier.


Semblable à l'horizon des gencives


Entre mes dents, je prends entier


Le monde entier,


Pourvu que devant les pauvres


S'inclinent les rois!


Armand Robin


 



Répondre
G


L'identité culturelle n'est pas un problème comme vous le dîtes! Les gens que je connais et qui trouvent cette affiche médiocre, autant dans sa forme que dans son message réducteur,
n'appartiennent ni aux nazillons, ni à la gauche "bobo"! Quel est le lien d'ailleurs entre "inculture" et "bien-pensance"?!!!! Et avant d'évoquer les "bobos de gauche" qui ne sont pas ma
"tasse de thé" mais que je ne méprise pas, demandez-vous si certains camarades de votre majorité, bien "gauche caviar", ne sont pas leurs cousins? Un peu d'introspection ne fait pas de mal
quelquefois...Et pour terminer sur ce sujet d'identité, les vers d'un grand poète, bretonnant et qui apprit le français à six ans, comme moi et comme beaucoup de petits bretons, ce qui
ne l'empêchait pas de parler une quinzaine de langues.


La foi qui
importe                                                                                         


Je ne suis pas breton, français, letton, chinois,
anglais                                    
Je suis à la fois tout
cela.                                                                             
Je suis homme universel et général du monde
entier.                          Semblable à l'horizon des
gencives                                                           
Entre mes dents je prends
entier                                                                   
Le monde
entier                                                                                    
Pourvu que devant les
pauvres                                                            
S'inclinent les rois.


Armand Robin                                                                                                                                      


 


                  


 



Répondre
J


Pour votre choix, je ne porterai pas de jugement..il s'agit en effet de la préférence de chacun, et par ailleurs, le temps de ce débat n'est pas venu.


Au risque de vous décevoir, je soutiens pleinement mon maire sur son article. En effet, les élus que nous sommes avons reçu quelques mails nazillons bien vomitifs...et encore, je ne vous parlerai
pas de ce qui peut exister sur leur site internet...


Donc oui, la plupart des détracteurs de cette carte de voeux utilisait un argument douteux et nauséabond, d'autres des arguments pro-régionaux souvent anti-républicains, ce qui me semble
contradictoire en tant que citoyen du monde. Et enfin, d'autres, je le dis très tranquillement de la "gauche bien pensante", révolutionnaire de salon, et pour le coup un peu "inculturée"..pour
croire que le drapeau français appartient aux nationalistes, en confusion avec l'idée de nation...


Bref, un large panel de mécontents..et je vous assure qu'il s'agit en fait des trois formes de critiques les plus répandues..Après, chacun peut aller de son analyse..Mais je répète que cette
carte a le mérite de démontrer l'étendu du problème identitaire qui est le notre...Je trouve donc que son article fleurait bon la république...et je vous assure que ce n'est pas un accord
aveugle...J'ai déjà fais valoir mes desaccords sur d'autres sujets (cf mon blog).



Répondre
G


Dans ce cas, FH ou MA, sans problème. DSK ou SR, sûrement pas, ils n'auront pas ma voix, si l'un des deux est présent au second tour. C'est cela aussi la liberté de l'électeur, social-démocrate
en ce qui me concerne. Et pour en revenir au thème qui nous a fait échanger ensemble, je viens de lire le blog du premier magistrat de notre jolie petite ville. J'espère que vous oserez qualifier
sa prose de la même insulte que vous avez porté à la mienne : "Loghorrée impressionnante"! Le militant anti-raciste que je suis en est resté coi! Les critiqueurs seraient
donc des pétainistes nostalgiques de l'empire français ou des nationalistes bretons purs et durs...Triste réponse avec, en sus, le pédantisme et "La Leçon D'Histoire de
France" que même les instituteurs bretons républicains de mon enfance, ou les professeurs d'Université de mes études d'histoire n'ont jamais osé me servir... 



Répondre
J


Votre voeu ne peut s'exprimer que par un choix démocratique, ce qui ser donc le cas.



Répondre
G


C'est vrai Companiero! Espérons seulement que ce soit ceux qui restent propre qui puissent prétendre conduire la destinée de la République!   



Répondre
J


Ce n’est pas car un terme est galvaudé, camarade, qu’il ne faut plus l’utiliser…Pour ce qui est du dictateur en question, la
complaisance fut de tous les côtés en effet. Après, d’autres « camarades », sans entrer dans les détails nominatifs, se sont refusés à échanger avec lui. Fatalement, ils ont été moins
évoqués…Sur l’internationale à laquelle tu fais référence, d’autres brebis sont galleuses…nous le savons depuis longtemps…La critique commence par l’autocritique…



Répondre
G


"Toi" avec plaisir, "Camarade"..., peut-être pas, à moins de circonstances exceptionnelles, où le combat serait dans la rue et loin des salons (à éviter), je connais trop le galvaudage de ce joli
nom pour l'employer  maintenant avec mesure. Surtout quand je vois, qu'il y a deux ans deux membres de l'internationale, tous deux présidents, l'un de l'organisation mondiale de l'argent et
l'autre d'une dictature où tous les nantis de droite et de gauche adoraient passer leurs vacances, devaient se le sussurer à l'oreille. Et comme l'écrivait Camus...
social-démocrate de coeur par raison, peut-être, mais surtout libertaire de coeur... Bien à toi.



Répondre
J


Je les dépose aussi volontiers, et sans avoir voulu être moralisateur, je reprends en effet à mon compte une forme de fougue qui
finalement n’est, je le souhaite, pas le pire des défauts.


 


La cause me concernant n’est pas tout à fait « humanitaire », mais plutôt « à dimension humaine », puisqu’il
s’agit d’une volonté forte d’amélioration des conditions de vie des personnes en situation de handicap, mais le retard est tel, que la cause en devient presque humanitaire en effet.


 


Certes, trop s’exposer pourrait me faire exploser…Mais ces convictions dont vous parlez sont si fortes qu’aujourd’hui, je ne peux
faire autrement…Et je ferai tout pour qu’elle demeurent intactes en n’oubliant pas entre autres notre échange, où j’ai pu sentir en « toi, camarade » une belle combativité, ce qui
oblige aussi l’autre à se tirer vers le haut, et je t’en remercie…


 


A très bientôt pour d’autres luttes, et peut être ensemble, cette fois ci…



Répondre
G


Il est plus facile de faire la guerre que la paix. Alors, pour ma part, je dépose les armes. Sachez seulement que le premier message que vous avez déposé à mon encontre était un tant soit peu
"moralisateur", et que j'ai passé l'âge de fermer ma gu.... Comme vous l'avez été vous-même,  j'ai moi aussi été dur à votre encontre. Je le regrette, nous méritons mieux tous les deux, je
le crois, que ces échanges qui dépassent les bornes du respect mutuel que se doivent tous les êtres humains. J'ai moi aussi des engagements "humanitaires", parce que je crois comprendre , à
travers nos échanges, que les votres sont aussi de cet ordre. Je fais ce que je peux, peut-être pas autant que vous et quelquefois, j'en veux aux "politiques" de ne pas aller assez vite pour
changer le monde. Une précision aussi, je ne supporte pas les populismes, de droite comme de gauche, et aucun de mes amis n'a proféré d'insulte sur des élus du peuple. Pour percevoir quelque
peu votre fougue, je peux croire que vous êtes relativement jeune. Permettez-moi seulement de vous dire que vous avez de belles qualités d'écriture et de persuasion. Admettez aussi en même
temps que cette fougue peut vous jouer de mauvais tours. Préservez-vous, n'ouvrez pas votre chemise pour vous porter en première ligne, ne finissez pas en soldat perdu de la
social-démocratie, à laquelle malgré tous nos désamours, je crois encore. D'autres, croyez-moi, et je vous parle d'expérience , fouleraient votre dépouille sans vergogne. Avec toutes
votre énergie, continuez à vous battre et à ne pas, malgré tout, oublier vos convictions. Bien à vous


Glaz Gwen Ruz Du    



Répondre
J


Tout à fait d’accord avec cette définition…Mais je ne vois pas où fut le mépris à votre égard…Simplement, je vous réponds, et
apparemment, vous n'aimez pas ça…


 


Par contre, en effet, le mépris était notre seule réponse possible le jour où moi et d’autres nous sommes fait insulter par certains…
« le mépris efface l’injure plus vite que la vengeance »…(Thomas Fuller).



Répondre
G


"Le fascisme, c'est le mépris. Inversément, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme."


Albert Camus dans L'Homme révolté, 1951



Répondre
J


Il n’est pas question de suffisance, mais d’argumentation, et de force de convictions..Une fois de plus, chacun milite à sa
façon..Pour ma part, je ne participe pas à un groupe qui hurle et insulte…


 


Difficile d’être attentif à votre si long propos…Je note que votre seule réponse à mon argumentation porte sur Mac Mahon…et au regard
du procès d’intention que vous avez tenté à mon endroit, cette interprétation était possible…


 


Ne vous inquiétez pas, pour ma part, j’ai aussi tellement d’autres occupations…Je n’ai pas semé le vent, et j’ai à peine récolté un
souffle, au regard de vos silences pesants sur l’ensemble des arguments de mon commentaire précédent…


 


A très bientôt, peut être et je l’espère sans vos « camarades » pour m’insulter…



Répondre
G


Loghorrée? Non,  mais réponse précise à votre procès d'intention. Je n'ai jamais ressenti un besoin irrésistible de vous parler, croyez-le bien,  seulement le besoin de me défendre!
Votre suffisance et votre étroitesse d'esprit sont décidément incommensurables! Et votre strip-tease social et politique, hallucinant et frisant  la paranoïa. Apprenez le sens des mots.
Soyez plus attentif en lisant : les termes de piètre et de triste orateur ne s'adressaient pas à vous mais à Mac Mahon. Mais si vous souhaitez vous les attribuez, la lucidité vous
honore peut-être... Pour ma part, c'est mon dernier message en votre direction. J'ai autre chose à faire de que perdre mon temps avec des individus de votre genre. Qui sème le vent récolte la
tempête...


 


 



Répondre
J


Logorrhée impressionnante…


 


Alors, tout d’abord, en ce qui concerne le commentaire de Fred, j’expliquai juste selon moi le fait qu’il faisait référence au
commentaire précédent et à pas à la totalité de l’article…Puisque l’auteur du premier commentaire avait attribué ses propos pour l’article…Vite, très cher Fred, rompez ce suspens insoutenable….Il
n’était donc pas question d’interprétation, mais d’apporter une contradiction au commentaire…


 


Quand vous disiez que les conseils de quartier servent à renforcer l’égo des élus, je maintiens que vous sous-entendez clairement que
ses membres sont instrumentalisés, et que de fait, ils ne s’en rendraient pas compte…C’est donc peu flatteur…Celle est ceux que je connais ont de nombreuses attentes, et se sentent d’une part
impliqués et acteurs de leur quartier, de leur ville, tout en souhaitant encore plus, ce qui est logique…Ces assemblées sont encore neuves et lorsqu’on met les mains dans le cambouis de la vie de
la cité, l’on souhaiterait tant que tout aille plus vite…Je suis le premier à le penser… Maintenant, vous prenez l’exemple de l’eau..En disant que comme certains (et pas tous !!!) membres
d’un conseil de quartier n’étaient pas de l’avis du maire, il fallait absolument les écouter !!! Effectivement, différents groupes avaient différents avis…


 


Sans faire et refaire le débat, la promesse municipale était surtout le choix du meilleur rapport qualité prix, et je pense qu’une
grande majorité silencieuse (en tout cas, pas possible d’être aussi bruyants que certains..) de Quimpérois nous suivent dans ce choix qui en temps de casse économique et sociale ne l’affaiblit
pas davantage.


 


Quelle leçon d’équilibrisme !!! « Je ne tolère pas moins les injures, mais je comprends celles et ceux qui les
prononcent » !!! Insulter par les mots qui ont été employés une assemblée élue démocratiquement s’apparente, je me réédite très sereinement, à du fascisme. J’ai pour ma part depuis des
années avec de nombreux autres porté un combat en particulier qui là pour le coup, concerne des millions de personnes, discriminées au quotidien dans ce pays, et face à des assemblées similaires,
la puissance de nos arguments ne s’est jamais vautré dans cette ignoble lexique…malgré un désespoir évident des personnes concernées…Chacun ses façons de militer en effet…


 


Le triste et piètre orateur que vous ne connaissez pas a l’honneur de vous écrire en ce moment… Et depuis le temps que je m’engage au
niveau associatif ou politique, je n’ai jamais connu un tel mépris, une telle agressivité que ce fameux jour de conseil municipal, et je maintiens comme je l’ai dis à l’époque que la régie aurait
mérité de bien meilleurs défendeurs…


 


Pour ce qui est du char russe…vous auriez sans doute compris si vos amis à vos côtés n’avaient pas hurlé si fort…En effet, c’était une
simple réponse adressée à un conseiller municipal d’opposition, nous affublant d’un bolchévisme prégnant… Mais je ne vous en veux pas..Dans le flot d’insultes proférées par vos amis, que vous
comprenez donc, vous n’avez pu suivre intégralement les débats…


 


Mon principal fait d’armes en  matière d’action municipale, je ne m’en vanterai pas, car
le jeune élu engagé que je suis pense qu’un bilan dans son domaine doit être un bon bilan…Je pense ainsi que vous ne connaissez pas ces faits d’armes, donc à nouveau, vous êtes dans l’erreur la
plus absolue…


 


Miracle, sur les identités, nous sommes d’accord !!! Votre position que je découvre ici paraissait plus ambiguë dans le premier
commentaire, enfin, peu importe. En effet, moi aussi, je m’estime citoyen du monde, fier d’être breton, chanceux d’être français Vive la république, Vive la Bretagne etc… Mais pour autant, cette
affiche conserve à mes yeux un caractère d’universalité dans son message… Mais après tout, un drapeau qui aurait représenté cet universalisme qui nous est cher aurait été bien senti…On peut
toujours tout améliorer..Mais je maintiens que cette affiche contient bon nombre de symboles chers à mon cœur de républicain humaniste…


 


Pour le reste, j’essaie de comprendre ce que vous dites, tout comme vous le faites, et je signale mon désaccord quand il existe..Je
sais d’où je viens, et je ne prétends rien d’autres, rassurez vous…


 


Vous osez évoquez l’interprétation, alors que vous l’utilisez comme structure récurrente de votre discours !!!! Puisque je dois
m’en justifier, ce quartier, j’y ai vécu pendant plus d’une décennie !!!! Et mon activité professionnelle, en terme d’accompagnement social m’y amène régulièrement…Et même si ce ne fut pas
le cas, rien, à part votre argumentation du coup, ne pourrait m’empêcher d’y porter un avis…Vous êtes mal tombé, je ne vous regarde pas du haut de ma tour d’ivoire…Une fois de plus, je sais qui
je suis et d’où je viens.. Je ne suis pas commissaire politique et ce blog, s’il est de quartier évoque très souvent l’actualité sociale ou politique..Il a même une rubrique qui porte cette
dénomination…


 


Vous allez surement répondre, c’est légitime et je serai surement tenté de le faire etc etc etc…Et en effet, la prise d’otages du
lecteur (libre cependant de ne pas lire nos échanges..) pourrait cependant prendre vie…Nous verrons bien…


 




Répondre
G


Mo message a, pour des raisons techniques, je suppose, été abrégé à la diffusion. En voici la fin


            Vous
m’attribuez une « aversion contre toute forme d’organisation démocratique »  parce que j’écris que le pouvoir municipal
quimpérois a fait un mauvais usage du mot « fascisme ». Et vous en concluez que j’aurais un profond dégoût pour la vie démocratique. Prenez le temps de me relire et dites-vous que je
suis tellement respectueux des institutions de notre République que je n’admets pas que certains élus en bafouent les principes élémentaires, notamment la parole donnée et l’utilisation d’un
vocabulaire en adéquation avec la gravité des situations. Il y a ceux qui « épient pour critiquer », avec « peu d’ouverture »
(sic)  dites-vous. Je suppose que ces  critiques s’adressent  à vous-même qui venez jouer les redresseurs de tort, les petits commissaires politiques de la pensée sur le blog d’information d’un quartier où vous ne mettez
peut-être jamais les pieds !


 


Merci de m’expliquer « qu’il faut bien organiser la vie en société » ! Merci de
me mettre en garde : « Ne tombez pas… »  De vouloir me démontrer le bien-fondé de la  « la notion
d’engagement »… Tant de sollicitude de votre part me touche et je retrouve bien là tout votre altruisme militant! Plus sérieusement, 
cette suffisance de donneur de leçon me ferait sourire si elle ne conduisait pas aux impasses, quelquefois tragiques. Dénaturer les propos jusqu’à les travestir, en déduire des interprétations
erronées, dire aux gens qu’ils n’ont rien compris…que d’autres pensent pour eux et qu’il est mal venu de les contredire…Drôle de conception du débat démocratique, tellement éloignée de la mienne.
Vision étrange de la démocratie, au parfum rance de terrorisme intellectuel des procès staliniens d’antan, en plein, près de cinq siècles plus tard, 
dans cette « tyrannie parlière » qu’évoquait l’humaniste Montaigne. Elle n’a plus rien à faire dans un monde que seul un dialogue véritable et honnête peut changer. A  bon entendeur ou à bonne « entendeuse », Kenavo !


 


 



Répondre
G


Et j'oubliais... Vive la République! Mes salutations.



Répondre