Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

10-12 285

Odile Kerdranvat, la trésorière, et Jean-Pierre Le Bihan, président de " Mémoire de Penhars ".

 

" On n'a pas travaillé pour rien ". Tel était le constat d'Odile Kerdranvat, hier, à la fin de la dernière assemblée générale de l'association  " Mémoire de Penhars ".

 

Elle a mille fois raison. D'abord, parce que pendant 20 ans, autour du président Jean-Pierre Le Bihan il s'était créé une équipe d'historiens passionnés qui ont cherché, trié, publié et exposé des archives, des études, des photos de cette vieille commune rurale devenue quartier urbanisé et à forte " personnalité " du Grand Quimper. Ensuite, parce que l'enthousiasme de cette équipe a donné aux habitants l'envie de participer à la restitution et à la construction de cette mémoire.

 

Les gens nous ont beaucoup donné

Au fil des réunions, ils ont osé parler de ce qu'ils savaient de la vie de leurs grands-parents, de leurs parents. Ils ont souvent exposé leurs souvenirs d'enfance, les jeux, les mariages, les pardons, l'école, les travaux de la ferme, le patronage... Ils ont apporté documents et photos de famille. Avec émotion et un brin de fierté. " Oui, les gens nous ont beaucoup donné ", confiait le président, " surtout le milieu rural ".

 

Cette mémoire n'est pas perdue. L'ensemble du travail de 20 ans, textes, photos, expos, a été confié aux archives municipales de Quimper. Un trésor pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de Penhars. Quant à la " cagnotte " de l'association, 2400€, elle sera répartie, à parts égales, sur cinq associations du quartier.

 

Suggestion : si vous voulez revoir des photos de Penhars en  1972, à l'époque de la construction de la ZUP (un extrait d'une des expos de Mémoire de Penhars), cliquez ici.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L


Un grand merci à toutes les personnes de l'association, pour le partage de leurs expériences et connaissances. J'ai beaucoup apprécié les rencontrer lors du projet qui m'a menée à
Penhars-Kermoysan en 2008. Je souhaite que cette mémoire continue d'être transmise par la rencontre autant que par les textes, et donne à ceux qui n'étaient pas là avant des racines et des ailes
pour inventer la vie à venir... 


Et merci André pour ton précieux travail de relais des informations de la vie du quartier et d'ailleurs.


Bonne continuation à vous tous et bises


Amicalement


Hélène Doussot



Répondre
C


C'est toi, André qui avec ton blog continue à écrire cette mémoire de Penhars... Tu fais ce travail de collectage de la vie du quartier... Merci et courage.



Répondre