Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars Infos

Valérie Huet Morinière, adjointe chargée du centre ville, du patrimoine et de la végétalisation, Albéric Levain, directeur du service des paysages, végétalisation, biodiversité

Valérie Huet Morinière, adjointe chargée du centre ville, du patrimoine et de la végétalisation, Albéric Levain, directeur du service des paysages, végétalisation, biodiversité

En attendant le remplacement de tous les marronniers sur les quais de Quimper, la Ville a décidé d'installer de grandes jardinières entre le pont Firmin et le pont Pissette. Elles sont en cours d'installation par l'entreprise Bellocq.

 

Il y avait " avant " 86 arbres, plantés  en 1936  et en 1953.  L'alignement des marronniers blancs ou rouges était classée " remarquable ". La tempête de 1987 les avait affaiblis et ces trois dernières années, le chancre bactérien les a tués. Tous malades ! On en abat régulièrement par sécurité (21 d'un coup le 2 novembre 2021). Il en reste encore quelques uns sans doute pour éviter l'effet d'un vide au centre ville mais il seront abattus  d'ici une, deux ou trois années.  Cela va dépendre de leur santé, de la bonne pousse des arbustes dans les grands bacs qu'on installe aujourd'hui, et de l'avancement du grand projet de réhabilitation des quais.

 

Bacs en chêne

Les ouvriers construisent sur place les jardinières. En chêne ! Noble et solide. 19 petites, par groupes de deux, trois ou quatre, et une plus grande à l'angle du pont Saint-François. L'entreprise aura fini son travail dans une quinzaine de jours, en y apportant la terre.

 

Les jardiniers de la ville prendront le relais. Ils assureront les plantations et l'entretien. Dans chaque bac, un arbuste et des plantes vivaces. Le tout devant procurer un effet de forte végétalisation, en attendant le retour de l’alignement des nouveaux arbres. Coût de l'opération : 60000€.

 

Un alignement de 60 arbres

Quels arbres ? " La réflexion actuelle n'est pas sur quelles essences vont remplacer les marronniers mais d'abord sur le système de leur plantation ", répondent Valérie Huet Morinière, adjointe chargée de la végétalisation et Albéric Levain, directeur du service de la végétalisation.  " Comment assurer une plantation durable " entre le boulevard et la rivière.  " Comment assurer leur système racinaire ? ".

On imagine une fosse souterraine continue dans laquelle on apportera de la terre végétale. Cela favorisera les connexions racinaires . Les arbres seront plantés dans des cages pour améliorer la portance.

La construction sur place des jardinières

La construction sur place des jardinières

Les petites jardinières sont trapézoidales. La plus grande sera rectangulaire

Les petites jardinières sont trapézoidales. La plus grande sera rectangulaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article