Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

10 07 1394

Défilé du Cornouaille 2010 (archive Penhars Infos)

 

Il nous reste encore plusieurs jours pour présenter nos vœux. " Bonne année, bonne santé ", ça prend trois secondes. " Meilleurs vœux ", à peine deux secondes. Et si vous les présentiez en breton ?

 

Dans mes souvenirs d'enfance, l'expression de ces vœux me paraissait interminable. C'était dans la première moitié du siècle dernier ! Nous allions chez tante " Chef ", Joséphine de son prénom. Épicière à Carhaix. Elle recevait pour la nouvelle année ses neveux et nièces, leurs conjoint(e)s et leurs enfants. Au menu, de la poule qu'elle cuisait " au pot ", dans la soupe, et qu'elle dorait ensuite au beurre.

 

Mais d'abord, il fallait lui souhaiter la bonne année. Pour les enfants, c'était facile. Nous ne connaissions que la formule française. Les adultes qui parlaient, eux, breton et français, devaient utiliser la formule bretonne. " Ur bloavezh mat a hetan deoc'h, yec'hed ha prosperite hag ar baradoz a fin ho puhez ". J'essaye de traduire : " Bonne année à vous, santé et prospérité et le Paradis à la fin de vos jours ".

 

Des variantes

C'est plus long qu'en français mais plus court que ce que j'avais dans mes souvenirs. Padrig Abask, directeur du collège Diwan, m'a expliqué que d'une région à l'autre, qu' au pays Rouzik, qu'au pays bigouden, dans le Poher ou dans le Léon, la formulation des vœux pouvait avoir des variantes. Qu'on pouvait peut-être y ajouter des formules de politesse, des mots plus personnels... " Demande donc à tes lecteurs ", m'a-t-il suggéré. Alors, si vous vous rappelez ce qu'on souhaitait, autrefois, pour la bonne année, n'hésitez pas à nous le faire savoir. Faites vous " passeur de mémoire ".

 

J'y pense soudain ! Si vous connaissez d'autres formules traditionnelles de vœux dans d'autres langues, n'hésitez pas non plus à nous les faire connaître.

 

Profitez de votre passage sur Penhars Infos pour jeter un coup d'oeil sur les autres articles et montages vidéo du blog : Le festival de Cornouaille de Quimper, la fête des Brodeuses à Pont-L'Abbé, la fête des Bruyères à Beuzec, Le concours de gavotte bigoudène, le concours dans fisel de 1976... ou les blocks parties ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

péron marie françoise 01/01/2016 13:08

Meilleurs voeux à Penhars info et à ses lecteurs.
Mes souvenirs oraux disaient Bloavez mad, Santez Vad hag ar baradoz e fin ho pueh ( je ne garantis pas l'orthographe) mais je ne sais pas pourquoi je me souviens de santez au lieu de Yec'hed - erreur de mémoire ou parler local bigouden?
J'avais aussi un grand oncle un peu coquin qui se faisait un malin plaisir de dire, en français, aux enfants: il faut dire:Bonne Année, Bonne Santé, fouillez vos poches pour me donner! Ce qu'ils retenaient tout de suite évidemment.
Dans mes voeux, j'aimerais retrouver Penhars Info: j'ai essayé de me réabonner 2 fois, ça a duré quelques mois et puis ça s'arrête! je ne sais pas pourquoi. Au bout d'un certain temps je réalise un petit manque. Bien sûr je peux aller consulter le site mais on ne le fait pas régulièrement.
Bonne année à tous

Jean-Pierre Mathias 22/12/2015 10:16

en peillis galo, j'disions ni pu ni moins la mém choz... du moins rappor à ma (peillis d'Dol, annéill 60) : "Bonn annéill, bonn santé, l'paradis à la fin d'vos jours"

nikos 06/01/2011 14:54



Et aussi:


Bloavezh mat, yec'hed, plespolite, hag ar baradoz 'raok fin ho puhez!


"et le paradis avant la fin de votre vie"



KERDRANVAT Jeannine 06/01/2011 09:38



Salut André. Je te donne 18 pour ta traduction en breton. Littéralement : une bonne année je vous souhaite, santé et prospérité et le paradis à la fin de votre vie. 



mfperon 05/01/2011 22:18



Personnellement, j'ai le souvenir de : "bloavez mad, Santez vad hag ar baradoz e fin ho puhez" mais comme je ne parle pas le breton, j'ai peut-être retenu uniquement les mots essentiels.
Peut-être y avait-il des petits mots entre ceux-ci?


Je me souviens que ma mère disait qu'elle devait le dire en breton à sa grand-mère. Celle-ci excluait seulement les cousins de Brest de cette pratique: considérait-elle qu'ils
étaient de la ville ou déjà plus en bretagne puisque pas en pays bigouden?


Il y avait aussi un tonton un peu coquin qui terminait sa phrase par "fouillez vos poches pour me donner" mais devant nous, il le disait en français pour le plaisir de voir les enfants répéter!


Souvenirs, souvenirs!



gestion camping 05/01/2011 03:13



Je voudrais bien aprrendre le Breton, mais il parait que c'est un peu compliqué