Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

nov08-206.jpg

 Bernard Poignant. Archive Penhars Infos

 

13-06-470.jpg

À droite, Ludovic Jolivet nouveau maire de Quimper, à gauche, Isabelle Le Bal première adjointe

 

Touché, coulé ! K.O., quoi, not' maire Bernard Poignant, qui voulait un quatrième mandat à la tête de notre ville.

 

Battu de 3500 voix par Ludovic Jolivet et Isabelle Le Bal, une fusion droite-centre. Une fessée cul nu devant toute la classe. La honte jusqu'à ne plus pouvoir dire un mot, hier soir ... à la télé. Que les temps ont changé et si vite.

 

Il y a un mois encore, il se montrait serein, conforté dans ses certitudes par les roucoulades de sa première cour. " Oui Bernard, tu es beau, oui Bernard, tu es grand, oui Bernard tu es le meilleur... ". Et conforté par le sondage de la presse papier quotidienne imprimée à Morlaix.

 

D'autres pourtant le mettaient en garde. De vieux militants, des conseillers et adjoints municipaux. Combien d'entre eux n'ai-je pas entendu confier à Penhars-Infos " Je repartirai bien, mais pas dans les mêmes conditions ". Ce qui voulait dire " pas avec Poignant ".

 

Un conseiller mal conseillé

Il n'écoutait pas ! Pas eux. Surtout pas ceux et celle qui s'étaient présentés aux primaires contre lui en 2008 et cette fois-ci encore. Qui ont voulu tuer le père. Un crime de lèse-majesté. Contre lui ! Celui qui monte chaque semaine à la capitale pour transmettre au Président Hollande les échos recueillis près du petit peuple. Oui, pensait-il, il comprenait tout, il sentait tout. Tu parles ! " Petit rapporteur " (cliquez ici) qui n'a pas vu venir les Bonnets rouges.

 

Et pendant ce temps, qui gouvernait Quimper ? Sa directrice de cabinet et la directrice générale des services. Elles s'entendaient à merveille pour prendre les décisions, pas très souvent en accord avec les souhaits des élus. C'est ainsi qu'on a supprimé la cyberbase de Kermoysan, qu'on a oublié les logements sociaux, qu'on a lancé le plan transports, prévu le regroupement des Bruyères et des Magnolias ... Bref, le mécontentement a commencé à gonfler. Et chez les élus,et chez les habitants.

 

Fragilisé au premier round

Vinrent les élections. Le soir du premier tour, le maire n'était que deuxième, derrière Ludovic Jolivet. " Manifestation de mauvaise humeur ... passagère " ont dit et écrit les caciques du PS.

Erreur d'appréciation. Le chef pliait le genou, il était mordu et commençait à saigner. La meute s'approchait et la curée n'allait pas tarder. Penhars Infos l'a écrit dans un commentaire sur un article de J-J Urvoas (cliquez ici).

 

Hier soir donc, la surprise ? Bof ! Oui, la déculottée. 10 sièges pour le PS et ses alliés les Verts (fallait pas garder Le Bigot sur la liste), 39 sièges pour Jolivet et Le Bal. Ceci dit, je souhaite bien du plaisir à Ludovic pour  tenir l'équipe dans laquelle siègent finalement assez peu d'UMP pour faire pas mal de place aux centristes, UDI et Modem. On en reparlera.

 

13-06-432.jpg

Pour l'inauguration de la MSP de Penhars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article