Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

IMGP5614.JPG

Manifestation, vendredi, devant la résidence des Bruyères (photo MHJP)

 

Comme de nombreux Ehpad du département, celui du Steïr (les Magnolias, les Bruyères et Plogonnec) a suivi  le mouvement de revendication lancé, vendredi, par le syndicat CFDT Interco du Finistère.pour dénoncer des " conditions de travail déplorables ".

 

Devant le foyer des Bruyères, le personnel, soutenu par des résidants et des membres de familles, a exprimé ses inquiétudes et son mal-être face aux dégradations de ses conditions de travail et donc de la qualité de vie des personnes âgées.  

 

" Le manque de personnel est catastrophique " déplore toute l'équipe. " Notre mission est le maintien de l'autonomie des résidants, la stimulation, leur confort, le relationnel... Nous ne sommes plus assez nombreux pour bien faire ce travail, nous sommes au bord de l'épuisement physique et psychologique ".

 

Et elles expliquent qu'il faut trois absences de titulaires pour avoir une remplaçante. Qu'elles ne peuvent plus lever tous les jours les personnes grabataires ... Leurs griefs sont nombreux, sans parler des reproches qu'elles doivent subir.

 

Une réunion est prévue vendredi prochain avec l'Agence Régionale de Santé, le Conseil général, le CDAS, les représentants du personnel des Ehpad. Il faut trouver des solutions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

BRUN 29/03/2017 17:21

Je rejoins totalement les justes revendications du personnel. Ces personnes très dévouées sont débordées: Calcul simple:66 lits. Nombre d'appel des pensionnaires par jour: minimum 2 fois par jour. Temps d'intervention par pensionnaire: minimum 10 mn. temps total :660 mmn soit 11 heures.
Il faut donc, pour 2 aides soignantes missionnées pour des interventions (physiques), 11 heures pour accomplir leur mission quotidiennes. Pas évident! On ne peut que constater un déficit grave et un manque évident de moyens dans la gestion des EHPAD.
C'est un problème social autant que économique. Les directeurs et les gérant n'y sont bien sur pour rien dans la mesure où il font ce qu'ils peuvent avec les moyens qui leur sont alloués.
Le problème se situe à un autre niveau, celui de l'Etat. Respect pour le personnel qui accompli un travail passionnant et oh combien nécessaire mais tellement difficile.

Paule 01/10/2013 09:52

Une telle situation est scandaleuse. Quand on sait en plus la prix d'hébergement dans une maison de retraite je me demande ce que vont devenir les personnes âgées.