Autour du monde

Archives

Météo

Publié par ARC

 
 
Au départ de Kermoysan, pour la « Marche contre la misère et pour la paix », il y avait du monde. Pas trop. A l’arrivée au centre ville, il y avait du monde. Pas assez. Ce soir encore, il y aura des gens en détresse, beaucoup trop.
 
Que faire alors ? Chacun peut y réfléchir, individuellement, en famille, dans les associations, dans les partis politiques. Et agir. Tous les jours, toute l’année. Mais pas de « charité », la blessure qui laisse longtemps des marques.
 
La solidarité
Au départ de Kermoysan, Liliane et Marie-Jo, deux habitantes du quartier, ont évoqué la solidarité, avec émotion et conviction. La solidarité qui peut « donner à chacun et à chacune une seconde chance ».
 


oct07-230.jpg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Josette 19/10/2007 16:56

J'ai trouvé parfaitement indécente la récupération politique de cette marche contre la misère.