Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

11-06 1076

Le site d'YPREMA à Pluguffan (Bel Air)

 

Depuis 20 ans, la société YPREMA qui posséde dix implantations sur trois régions en France, traite les déchets de la déconstruction de bâtiments, d'immeubles et de routes pour les valoriser et les transformer en matériaux commercialisés auprès d' entreprises de travaux publics. De l'écologie industrielle.

 

Le site de Pluguffan a été ouvert il y a dix ans dans l'ancienne carrière de Bel Air, à la sortie de Quimper et près de la quatre-voies " Transbigoudène ". " En nous installant ici, dans une région où les carrières sont nombreuses et de qualité, nous avons fait un pari " a déclaré Claude Prigent, le président, au cours de la journée de communication organisée sur le site jeudi dernier.

 

Un pari pour plusieurs raisons. D'abord, il a fallu convaincre les élus locaux et les riverains. Car l'implantation, avec ses deux concasseurs, est à quelques minutes du centre ville de Quimper. Des problèmes résolus par les réunions régulières de la commission locale d'études et de concertation (CLEC) qui fait le point sur le bruit, la poussière, le trafic des camions...

 

Ce n'est pas une déchèterie

Pari encore pour faire comprendre aux entreprises de démolition qu'il fallait payer pour déposer leurs déchets, que le site de Bel Air n'était pas une déchèterie. Tout ce qui y est apporté est transformé en matériau réutilisable. Et on ne peut pas déposer n'importe quoi. D'où l'importance du tri des déchets sur les chantiers. On a vu ce travail minutieux de déconstruction à Kermoysan avant la démolition de la tour L3, des tours d'Anjou et de Picardie, des immeubles de Vendée et de Picardie (cliquez ici).

 

La première loi sur les déchets et la responsabilité de ses producteurs est parue en 1975. Celle de 1992 a fait la distinction entre les déchets souillés (amiante, hydrocarbures, matières sensibles...) à traiter dans des sites spécialisés et les déchets inertes (béton, gravats de routes ..) qui sont retraités et valorisés comme à YPREMA. En fin de chaîne restent les déchets ultimes qui finissent dans des centres de stockage.

 

L'ordonnance de 2010

Une ordonnance (qui a valeur de loi) est parue le 17 décembre 2010. " C'est une reconnaissance en droit européen et français des activités de recyclage " explique Johanna Dubois, ingénieure développement durable chez YPREMA. Le déchet traité devient un produit et YPREMA est reconnu comme fournisseur professionnel de matériaux. " Un produit né du recyclage peut désormais prétendre au même statut qu'un autre produit, dès lors qu'il a la même qualité ".

 

11-06 1087

Il y a trois ruches sur le site d'YPREMA à Pluguffan !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rock'n'bio 01/07/2011 10:20



Ok, j'apporte quelques précisions sur ma pensée.


Je ne dis pas (pas du tout) que recycler ces produits est une mauvaise démarche. Elle me semble indispensable.


Ce que je dis, c'est que ce n'est pas une démarche écologique. Tout comme trier ses emballages ne me parait pas écologique.


Ce qui serait écologique, ce serait de ne plus produire ces cochonneries. Ce qui serait écologique, serait de produire différemment (parce qu'on sait très bien, sous couvert soi-disant
écologique, pointer du doigt les consommateurs - et l'on n'a pas tort de le faire - mais on sait moins mettre la même pression sur les producteurs).


C'est pour cela qu'avec beaucoup d'ironie je questionnais la notion "d'écologie industrielle". Parce que l'industrie avec un grand I est sans aucun doute le plus grand danger de la planète, elle
est incompatible avec une véritable écologie. Ceci dit, l'industrie d'aujourd'hui est un peu plus responsable que celle d'hier, mais peut-on pour autant s'en extasier?



Gaël 01/07/2011 09:59



Je suis surpris du commentaire précédent. Recycler les déchets industriels et en faire de nouveaux matériaux réutilisables est une bonne démarche.



rock'n'bio 01/07/2011 00:06



De l'écologie industrielle, dites-vous?


A mes oreilles ça résonne comme... musique militaire, médecine du travail, temps libre, élections démocratiques, ou encore développement durable... C'est-à-dire que c'est foncièrement
incompatible (à mes oreilles, bien sûr... bien sûr)



mich.13 29/06/2011 18:48



Salut Penhars Info...j'ai pris connaissance et ce avec  beaucoup de plaisir de cet article relatif à YPREMA et le traitement des déchets de déconstruction. C'est véritablement un
compte- rendu journalistique très intéressant, car complet et détaillé ,donc très  instructif. Bravo!!