Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

10 01 445
Georges Kergonna, Bernard Poignant, Jacques Witkowski.


Georges Kergonna, président de l’OPAC Quimper Cornouaille, premier adjoint au maire de Quimper, conseiller général et président de la Coop Bretagne Ouest Accession a présenté ses vœux, hier, à Kergestin, en présence de Bernard Poignant, président de Quimper Communauté et de Jacques Witkowski, secrétaire général de la préfecture.

 

Dans la salle, des élus de toutes les communes sur lesquelles construit l’OPAC, de nombreux chefs des entreprises qui travaillent pour l’Office et les salariés de l’OPAC. Dans son discours, Georges Kergonna a souligné « le dynamisme, le travail et l’implication des 102 salariés, l’encadrement et tous les agents ». « C’est plus facile de présider un organisme qui marche bien ! ».

 

Après avoir rappelé que la première raison d’être et la principale activité de l’office restait la construction et la gestion du logement social locatif, (4760 à Quimper et 3026 sur 70 autres communes), le président a souligné que l’OPAC qui vend des logements sur le site de Kermoysan depuis 1988, a lancé plus récemment « des opérations de location accession à la propriété ». « Une activité désormais importante et qui suscite un grand engouement ».

 

Constructeur et aménageur
De plus, l’OPAC de Quimper Cornouaille intervient maintenant comme aménageur. A Ergué-Gabéric pour deux opérations, à Moëlan-sur-Mer et à Concarneau. « Aucune de ces ZAC n’est déficitaire et certaines même sont fortement bénéficiaires pour les communes qui nous ont fait confiance », a précisé Georges Kergonna (NDLR : Tilt ! Qu’est ce qui chagrine notre premier adjoint de Quimper ?). Les pavillons représentent 28% du patrimoine OPAC mais seulement 13,6% à Quimper.

 

Un ANRU 2 ?
Le maire de Quimper, Bernard Poignant, président de Quimper Communauté a salué « le travail de l’OPAC et de ses partenaires, entrepreneurs et fournisseurs ». « L’OPAC, constructeur et aménageur, fédère la Cornouaille, notre territoire de vie et d’activités. En répondant à la demande toujours importante, il contribue à l’activité économique en cette période de crise ». Puis il a encouragé l’Office à voir s’il n’y avait moyen de faire quelque chose du côté des maisons vides sur le site d’EDF au Cap-Horn. Enfin, se tournant vers le secrétaire général de la préfecture, représentant de l’État, si, après le programme ANRU (rénovation urbaine) qui se termine en 2013, il y aurait un ANRU 2.

 

Un logement pour tous
Jacques Witkowski a souligné que l’on construisait entre 800 et 1000 logements par an dans le Finistère, en dehors de l’offre privée. Avec, comme objectifs de donner un logement à tous, d’adapter les logements aux économies, au nouveau mode d’habitat. «  Quant à un ANRU 2, les discussions commenceront en 2010 ».

 

Note de Penhars Infos : même si l’État décidait le lancement d’un deuxième plan de rénovation urbaine sur le pays, il n’est pas du tout sûr que Quimper serait choisi. Il se dit que le gouvernement préférerait concentrer les financements sur de gros projets. Et, à Quimper, après la rénovation urbaine à Kermoysan, il y a plutôt beaucoup de petites choses à améliorer.

10 01 442

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article