Autour du monde

Météo

Publié par ARC

sept07-115.jpg
Le qibla qui symbolise la direction de la Mecque et le minbar, la chaire pour le prêche de l'imam.
 
 
A la suite de la lecture de l’article paru hier sur l’historique de la mosquée du bourg de Penhars, plusieurs d’entre vous ont pu se poser un certain nombre de questions. Penhars infos va essayer d’y répondre.
 
Oui, nous avons deux mosquées à Quimper. Celle des Turcs, route de Douarnenez et celle du bourg, construite à l’initiative des Maghrébins, surtout des Marocains. Les fidèles de toutes nationalités peuvent aller prier dans l’une ou l’autre. Et les responsables des deux centres cultuels seraient heureux que davantage de Quimpérois viennent visiter « la maison ».
 
Les Turcs ont un imam officiel, envoyé et changé régulièrement par la Turquie. A la mosquée du bourg, c’est un habitant du quartier qui fait office d’imam depuis plus de dix ans. Il est reconnu par la communauté pour sa connaissance du Coran. Un fidèle peut éventuellement remplacer l’imam pour diriger la prière, s’il est absent.
 
La neuvième lune
Les musulmans du monde entier sont actuellement en plein Ramadan, le mois du jeûne et du partage, le mois de la révélation du Coran au Prophète. Le Ramadan commence à l’apparition de la neuvième lune de l’année et se termine 30 jours plus tard. Par rapport à notre calendrier, la date du début du Ramadan avance d’une dizaine de jours d’une année sur l’autre. En 2008, il commencera donc au début de septembre.
 
Le jeûne commence au lever du soleil et se termine à son coucher. Actuellement de 6h30 à 20h20. C’est long et difficile. Sans boire, sans manger, sans fumer. Les ados de 13-14 ans ont deux ans pour s’habituer. A partir de 15 ans, ils tiendront jusqu’au bout.
Toute l’année, les musulmans pratiquants se tournent cinq fois vers la Mecque, à heure régulières, pour les prières. On peut les réciter à la mosquée, chez soi ou ailleurs. Pendant le Ramadan, ils viennent plus nombreux à la mosquée.
 
Le prêche du vendredi
Le grand moment est le vendredi, vers 14h. A la mosquée du bourg, les femmes occupent le rez-de-chaussée et les hommes, la salle à l’étage. L’appel à la prière est lancé par un fidèle. L’imam monte sur le minbar pour le prêche. Il n’y a de prêche que le vendredi et les jours des deux fêtes de l’Aïd. Ensuite il redescend, se tourne vers la Mecque et récite des sourates du Coran.
 
Pendant le Ramadan, l’assistance est nombreuse encore à la dernière prière, celle qui précède la rupture du jeûne. Il arrive souvent que beaucoup restent pour partager le repas qui commence toujours par une datte et du lait, comme le faisait le prophète. Ensuite, une soupe. Comme l’estomac est contracté, il faut faire une pause avant de manger le plat principal. Jeudi soir, à la mosquée du bourg, c’était un tajine.
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article