Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

11-04 717

Anis Ben Salem, président de l'ATQ, Ali Landolsi, ancien président, Larbi Nouichi, trésorier.

 

Mardi dernier, Penhars Infos vous annonçait le " couscous de solidarité avec le peuple tunisien " organisé par l'association des Tunisiens de Quimper (ATQ). Hier, Anis, le président, et plusieurs membres du bureau ont invité la presse.

 

Voici leur communiqué : " Suite à la "Révolution du Jasmin ", nous avons découvert la Tunisie sous un autre aspect : pauvreté, misère, revolte ...

 

Et c'est pour aider le peuple tunisien dans son combat que l'Association des Tunisiens de Quimper a décidé de mener une action purement humanitaire : un couscous de solidarité au profit du peuple tunisien. L'intégralité des fonds sera reversé au Croissant Rouge tunisien, équivalent de la Croix Rouge. Ces fonds serviront à financer ds produits alimentaires, des couvertures, des vêtements chauds et des médicaments.

 

Participer à cette action, c'est aussi contribuer à la conquête de la liberté. Partageons ce repas ensemble. Venez nombreux, vous serez accueillis chaleureusement : la générosité tunisienne sera au rendez-vous ". (ATQ).

 

Renseignements pratiques

Ce couscous de solidarité, avec pâtisseries orientales, café ou thé à la menthe) aura lieu le samedi 23 avril à la MPT de Penhars. Il sera préparé par les femmes tunisiennes et servi par les hommes. On pourra le déguster sur place à partir de 18h30 (12€, 6€ pour les enfants) ou l'emporter (10€).

 

Les réservations se font à la MPT de Penhars tél. 02.98.55.20.61

 

Leur regard sur les événements

On compte une trentaine de familles tunisiennes à Quimper. Les premiers Tunisiens sont arrivés au début des années 70. Ils s'y sont installés, ont fait carrière et ont fondé leur famille. On en est à la troisième génération. Ils suivent avec attention la Révolution du Jasmin.

 

" Dans les dernières années de Bourguiba et ensuite sous Ben Ali, on ne pouvait jamais parler de politique quand on allait en vacances au pays. C'était dangereux", expliquent Ali Landolsi et Larbi Nouichi. Et Ali continue : " Je me demandais chaque fois s'il y aurait un jour une démocratie en Tunisie. Une révolution, c'est un prix à payer. Et le peuple tunisien est pacifique. Il n'a jamais connu de guerre. Mais là, on sentait qu'il était sous pression. Les événements ont commencé le 7/8 décembre dernier. Un jeune homme s'est immolé le 14 décembre. La révolution du Jasmin était en marche.

 

Élections en juillet

Quand Ben Ali est parti, le 14 janvier, on a ressenti du soulagement et aussi de l'inquiétude. On ne savait pas comment ça allait tourner. Mais l'armée a soutenu le peuple. Dans un convention signée sous Bourguiba, il est prévu que l'armée n'ira jamais contre le peuple. Les morts (on parle de plus de 200) ont été les victimes des miliciens de Ben Ali.

 

Actuellement, le pays est dirigé par un gouvernement provisoire jusqu'aux élections du 24 juillet prochain. Pour une vraie démocratie ".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mich.13 15/04/2011 18:13



Ah...si nous pouvions y être, ce serait un véritable plaisir !..tant pis on se consolera en dégustant un excellent couscous à Marseille, à deux pas de la canebière , restaurant "La Goulette". Bon
appétit à tous les participants. Encore bravo à nos amis tunisiens.