Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

penhars

Claire et Corentine, les deux cloches de Penhars, ne sont pas électrifiées.

 

Quand, pour la dernière fois, avez-vous entendu sonner les cloches de l'église Sainte-Claire de Penhars ? Depuis un bon bout de temps, sûrement.

 

Ce n'est pas très grave. Mais pour les grands événements, les mariages, les baptêmes, Noël, Pâques...On aimerait bien entendre les voix de Claire et de Corentine. Y'a qu'un défaut ! Y'a plus personne qui sonne ! Il manque un ou des volontaires pour tirer sur les cordes. Le problème ne date pas d'hier. Voici ce que j'écrivais dans le Télégramme du 17 avril 2007.

 

Silence depuis Pâques : où sont les cloches de Sainte-Claire ?

 

Depuis plusieurs semaines, rien ne cloche à Penhars. Pas un son, pas le moindre tintement. Le clocher de l'église Sainte-Claire reste désespérément sans voix.

 

C'est une dame du foyer tout proche des Bruyères qui a sonné l'alarme. " Mais que se passe-t-il ? ", s'est-elle inquiétée, " je n'ai pas entendu le carillon à Pâques ". Une personne digne de foi. Et ses dires ont été confirmés par ses amies.

 

On sait bien que, comme toutes les cloches du monde, Claire et Corentine de Penhars sont allées à Rome pour une visite rapide pendant le Semaine Sainte. Auraient-elles succombé à l'ivresse de la " Dolce Vita " dans la Ville Éternelle, près du Père Benoît XVI. Ou, au retour, n'ont-elles pas reconnu leur clocher dans un quartier en pleine rénovation urbaine, sans sa tour L3 ?

 

On a aussi pensé qu'elles auraient être désorientées par la multitude de palmiers, bananiers et autres plantes exotiques qui poussent presque spontanément à Kermoysan, précurseurs du réchauffement climatique. Balivernes. Claire et Corentine sont à leur place, mais muettes. Comme il y a quelques années, pour une histoire de corde et de moucherons.

 

Appel à candidature

La raison pour laquelle nos deux demoiselles se taisent est qu'il n'y a plus personne pour les mettre en branle. Les cloches de Sainte-Claire n'ont jamais été électrifiées et Germain, le vaillant carillonneur, a définitivement pris sa retraite. Il faudrait le remplacer. On cherche donc à Penhars un ou une volontaire pour " se taper la cloche ".

 

La mission est ingrate et assourdissante. Il faut du souffle pour gravir l'escalier en colimaçon, de la poigne pour bien tenir en main les deux cordes, et du rythme pour faire danser en mesure Claire et Corentine (fin de l'article).

 

Contact au presbytère.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article