Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

10 03 130

Jusqu'au 28 mai 2010, l'institut Kelenn à Penhars accueille " aguashojas ", une oeuvre in situ réalisée par Maria Spinnato.

Maria Spinnato, artiste peintre-plasticienne née en Argentine, est diplômée de l'école des Beaux-Arts,et de l'école de céramique de Buenos-Aires. Elle a quitté son pays en 1987, vit et travaille en Bretagne depuis 1999 et s'est installée à Quimper en 2001.

Elle travaille régulièrement dans son atelier mais depuis plusieurs années, elle crée des oeuvres  " in situ ", c'est à dire dans un lieu donné, spécialement pour ce lieu. " Montrer est pour moi une création nouvelle. Il y a la rencontre avec le lieu : sa dimension, son espace. C'est à la fois un défi, un engagement de pouvoir s'investir dans un objectif de communication avec le spectateur en le laissant libre de sa propre perception ", dit-elle.

A Kelenn, l'espace est une pièce, pas très grande, dans la bibliothèque de l'institut. Clos. Le spectateur n'y entre pas. C'est de l'encadrement de la porte qu'il découvre le " tableau " en trois dimensions. L'artistre l'a appelée " aguashojas ", contraction de deux mots espagnols, eaux et feuilles.

L'énergie
L'eau est au sol, en longues vagues marron ou noires. Les feuilles s'entremêlent sur les murs. Toutes sur le même modèle d'une énorme feuille d'une famille de philodendron qu'elle a rapportée d'Argentine. Au centre de l'espace, collées sur des panneaux transparents, des bandes noires. Comme des lianes.

L'effet est étonnant. Il s'en dégage une énergie jusqu'à des effets d'optique. Est-ce l'eau qui coule ? Les feuilles ou les lianes qui s'agitent ? Le visiteur se sent attiré par cette jungle.  Une première vision à la lumière blanche. Mais tout change à la lumière noire ! Encore plus étonnant.

Une exposition à voir ! A Kelenn, 3, rue de Vendée à Penhars. Ouvert tous les jours sauf samedi, dimanche et fêtes. Accueil de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h 30.

10 03 132

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article