Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

10 06 1349

 

" Si toutes les autres villes font comme Quimper, il y aura plus de deux millions de manifestants dans toute la France !  Sarkozy et son gouvernement seront obligés de comprendre qu'ils devront réformer leur réforme sur les retraites".

 

C'était le commentaire plein d'espoir qu'a fait ce matin, à Penhars Infos,  un manifestant qui avait fini son parcours alors que les derniers venaient de quitter la place de la Résistance . Et il a ajouté " le serpent s'est mordu la queue, comme en janvier 2009 ! "

 

Il y avait du monde ce matin dans les rues de Quimper. 15 000 personnes estimait mon ami. 10 500, d'après certains policiers qui, si on insistait, ajoutaient " ou un peu plus ". Alors Penhars Infos vous affirme : on était 12 345 ! OUI ! Un deux trois quatre cinq et un deux trois quatre cinq. 12 345. Blague à part, je ne suis pas si loin du vrai compte.

 

La réforme est-elle juste ... pour tous ?

Les motifs de cette manifestation, vous les avez lus et entendus. Cette réforme des retraites, sans doute nécessaire, que propose le gouvernement est-elle juste pour tous? Est-elle  celle qu'attendent les " gagne-petit ", tous ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois ? Si la réponse est " Oui ", il n'y aurait pas eu tant de monde dans la rue, ce matin, à Quimper et, je l'espère, dans toute la France. Mais tant qu'on n'aura pas réglé le problème des emplois, et surtout de vrais emplois pour les jeunes ( pas des stages payés à la c..., quand on a 28 ans), on n'arrivera pas à régler efficacement le problème des retraites.

 

De vrais emplois

Quand il y a tant de chômeurs, distribuer tant d'heures sup' c'est un belle connerie. Quand il y a tant de chômeurs, appliquer systématiquement et aveuglément la " règle " du non-remplacement des départs à la retraite, c'est une belle connerie. Le déficit n'a pas été creusé par les ouvriers, les employés, les " gagne-petit ". Et recevoir Thierry Henri à l'Elysée pour régler je ne sais quels problèmes d'une équipe de joueurs de foot quand il y a une partie des Français en grève parce qu' ils ont peur pour leur avenir et celui de leurs enfants, c'est une belle connerie encore. Un Président de la République a d'autres choses plus sérieuses à régler.

 

De nouvelles têtes

Pardon, chers lectrices et lecteurs, je me suis énervé ! Revenons à la manif. Un déplacement en masse de la CGT , presque les 3/4 du cortège. Il y avait aussi beaucoup de têtes nouvelles. Beaucoup de landaus, des mamans, des enfants. Sur une photo, vous verrez, main dans la main, un grand-père, un petit-fils, un fils. Beaucoup de retaités. Beaucoup plus de femmes que d'habitude. C'est qu'on commence à avoir vraiment peur, qu'on en parle, qu'on en prend conscience et qu'on se dit qu'en s'y mettant tous, on arrivera peut-être à se faire entendre ! Dans le cortège, j'ai entendu une vuvuzela ! Rapidement il y en aura d'autres.

 

J'oubliais ! Le conseil général du Finistère a interrompu sa séance, ce matin, à 11h15. Son président, Pierre Maille, et plusieurs conseillers généraux se sont mêlés incognito aux manifestants.

 

 

Vous trouverez dix autres photos, et les messages des banderoles (pas toutes !) en cliquant ici.  

 

10 06 132210 06 132610 06 134610 06 136710 06 138610 06 135010 06 139110 06 140010 06 1417

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mfperon 02/07/2010 13:22



J'ai du retard de lecture!  J'aime bien le contraste sur la dernière photo entre ce panneau très simple qui parle de précarité et chômage et cette moto rutilante!


J'y étais à la manif! Heureusement, de nombreux retraités sont venus soutenir ceux qui devront trimer plus longtemps qu'eux!


On n'a pas vu beaucoup de jeunes. Il faut reconnaitre que le mot d'ordre des syndicats est surtout de participer à la manif, pas vraiment de faire grève. Alors, ils sont au travail, quand ils ont
la chance d'en avoir un!



Paule 25/06/2010 17:15



Pierre Maille derrière le drapeau de la CGT , ça me va !



René 25/06/2010 10:21



Je comprends votre énervement. on se demande ce qui marche vraiment bien dans notre pays. je ne vois plus ce qui pourrait nous donner confiance pour l'avenir des jeunes.