Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos


Les bureaux de la mairie de Penhars seront intégrés à la nouvelle maison des services publics. (photo décembre 08). 


Tous les lecteurs de Penhars Infos savent que, dans le cadre de la rénovation urbaine, est prévue la construction d’une maison des services publics.

 

Elle sera construite sur l’emplacement de l’ancienne tour L3, démolie en 2006, près du rond-point de Kermoysan (voir le diaporama). Comme moi, vous vous posez sans doute plusieurs questions sur ce projet. Je suis donc allé chercher les réponses sur le site de la ville, dans les délibérations du conseil municipal du 10 juillet 2009. (Rapporteur : Armelle Huruguen).

 

Que trouvera-t-on dans cette Maison des Services publics ?

 

 

Initialement, la démarche consistait à rassembler dans un seul lieu des services à caractère social dispersés dans le quartier :

- les services du conseil général (PMI située dans le centre social et accueil social situé rue d’Irlande)
- les services de la CAF
- les services du CCAS dont le centre social
- le CIDFF
- la CPAM, qui bien que n’étant plus présente sur le quartier, avait donné son accord pour rejoindre le projet.

Par la suite la mairie annexe a été intégrée à l’ensemble.

La Mission Locale a également été associée à ce projet suite à la réunion de bureau municipal du 7 juillet 2008.

Par ailleurs, le PIMMS (Point Information Médiation Multi Services), actuellement situé dans la galerie commerciale, était prévu dans cet équipement.

 

 

Dans un esprit de service public la mairie annexe de Penhars a trouvé sa place dans les locaux avec, au même titre que les autres partenaires, une demande légitime que son identité soit sauvegardée et que les services qu’elle offre contribuent à une plus grande lisibilité de l’action publique et à la démocratie de proximité.

L’hébergement sur un même site des divers partenaires contribuera à faciliter les collaborations et la coordination des actions. Et, si à terme la Maison des services publics peut être un acteur déterminant dans une politique de quartier, les divers partenaires s’accordent sur le fait que le premier challenge réside dans la construction d’un environnement de travail et d’accueil de la population adapté aux besoins tant dans la distribution des surfaces que dans les modalités de gestion et de fonctionnement du quotidien.

 

- Le projet doit s’inscrire dans une surface limitée à 1 000 m² de surface utile soit environ 1 350 m² de SHON y compris la mairie annexe,

- Le projet s’inscrit dans une démarche de haute qualité environnementale non normée avec pour objectif de réaliser un bâtiment basse consommation (normes BBC).

 

Combien ça va coûter ?

 

Selon l’évaluation du programmiste le coût de l’opération intégrant l’option BBC est estimé à 3 043 404 € HT, valeur mai 2009, soit 3 639 911 € TTC pour une enveloppe prévisionnelle affectée aux travaux de 2 214 000 € HT.

 

Le calendrier prévisionnel

 

- 1er semestre 2010: désignation du concepteur dans le cadre d’un concours de maîtrise d’œuvre
- 2011 études de conception
- 2012 : réalisation

 

Le conseil municipal,

1 - après avoir délibéré, décide, à l’unanimité, d’approuver le programme ainsi que l’enveloppe prévisionnelle de l’opération

 

Compte rendu :

Néant

 

Penhars Infos a sélectionné les passages qu’il trouvait intéressant pour comprendre les objectifs de ce projet. Vous voyez que le conseil municipal a approuvé le programme à l’unanimité. Pourtant, la décision de la nouvelle municipalité de « réaliser un bâtiment basse consommation (normes BBC) » a fait passer l’enveloppe prévisionnelle de 2 214 000 € HT à 3 043 404 € HT. Soit une augmentation de plus de 44% ! Et ça passe comme une lettre à la poste ! Pas une seule voix contre, pas même une seule abstention ! C’est l’ouverture, quoi, à Quimper aussi.

 

Remarque : Si les services de la mairie annexe de Penhars intègrent cette maison des services, rien n’est décidé encore sur l’avenir du vieux bâtiment mairie que l’on a pensé raser pour construire un grand rond-point. Mais puisque le projet de Kervalguen est suspendu…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dominique 01/09/2009 09:56

Il manque peut-être dans cet article une interrogation qu'il faudra désormais apprendre à formuler : qu'attend-on comme conséquences, difficilement mesurables en termes économiques, de ces sur-coûts inévitables tant pour les particuliers que pour les collectivités. Autrement dit et à titre d'exemple quel est le coût induit par le démontage d'une centrale nucléaire ? Si ce coût apparaissait dans nos factures quel serait le prix réel (et les conséauences environnementales) du kw... En l'occurrence on le paie sans savoir !La qualité de vie ne se mesure pas encore et c'est dommage. 

jacopin jf 20/08/2009 18:09

article très intéressant et documenté.

Reunig Kozh 20/08/2009 16:14

Y a-t-il les prévisions d'économies sur le chauffage qui devront être réalisées grace à ce surcout à la construction ?