Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

 

Adultes, jeunes, parents, chefs d’entreprises, artisans et commerçants, élus, responsables de structures de toutes sortes, présidents d’associations…, Penhars Infos vous invite à lire et à commenter cet article paru dans l’édition du mois de mai 2009 de « Enquête d’emploi ».

 

 

Emploi des jeunes : les objectifs départementaux

 

Les jeunes subissent la crise de plein fouet. En Bretagne, fin mars, le chômage chez les hommes de moins 25 ans avait augmenté de 65,8% par rapport à mars 2008.En Finistère, sur la même période, cette hausse se situe à hauteur de 45,7 %. « La situation est assez sérieuse», a souligné le préfet Pascal Mailhos. Fin avril, il a relayé les mesures nationales annoncées quelques jours plus tôt par le président de la République en faveur de l’emploi des jeunes. L’accent est mis sur le développement des formations en alternance. Les entreprises, quelle que soit leur taille, y sont incitées grâce à des aides financières de l’État. Son représentant en Finistère a, de son côté, fixé des objectifs.

 

Davantage de contrats de professionnalisation.

Les entreprises qui proposeront ce type de contrat à un jeune de moins de 26 ans entre le 1er juin 2009 et le1er juin 2010, percevront une prime de 1000 euros. Cette dernière peut doubler si le jeune n’a pas le niveau bac. En Finistère, quelque 1700 contrats de professionnalisation sont signés par an. L’objectif est d’atteindre les 2000.

 

Promouvoir l’apprentissage.

Pour tout apprenti embauché avant le 30 juin 2010, les entreprises de toute taille seront exonérées de toute charge pendant un an. Pour celles de moins de50 salariés, le recrutement d’un apprenti en plus leur rapportera une prime de 1800 euros. Dans le département, où l’on recense actuellement 3100 apprentis, le but est fixé à 3500.

 

Relance des contrats aidés.

Cette mesure concerne principalement le secteur non marchand (les collectivités les associations, les domaines médico-social et hospitalier…). Elle vise à proposer un poste à des jeunes mais aussi à des demandeurs d’emploi de longue durée ainsi qu’au public le plus éloigné du monde du travail. L’État s’est engagé à financer 90% du coût de ces contrats. En Finistère, le préfet table sur la signature de 6000 contrats aidés contre 5000 en 2008.

 

Des stages rémunérés si …

Ils durent plus de deux mois (contre trois aujourd’hui). La rémunération s’établira alors à 400 euros par mois. Avant fin septembre, si un stage conduit à une embauche en CDI, l’entreprise touchera une prime de 3000 euros.

M. G

.



" Enquête d'emploi "
Cette publication mensuelle gratuite, éditée par la société des Éditions nouvelles du Finistère est le « journal de l’emploi, de la formation, de l’insertion et de l’économie solidaire en Finistère ». Une source d’informations et une base de réflexion exceptionnelle qui mérite une très large diffusion. Sur le quartier, on la trouve au centre social, au PIMMS et à la mairie annexe.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ha! ha! 07/07/2009 15:51

il n'y a plus qu'une seule solution, au stade où nous en sommes : arrêter d'être dans l'obligation de travailler pour pouvoir vivre!Qui nous parlera du Revenu Minimum d'Existence? Qui le mettra enfin en oeuvre?Ainsi, travailleront ceux qui veulent travailler (et croyez-moi, ils sont très nombreux!), ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.Ainsi, notre vie sociale ne sera pas tournée presque exclusivement sur l'économie, mais on valorisera aussi le travail non rémunéré (et il y en aura!!! presqu'autant qu'aujourd'hui!!!)Ainsi... aie, je vire dans l'utopie...

claude 07/07/2009 14:18

Quand le préfet déclare " la situation est assez sérieuse "il ne se fout pas un peu du monde? la situation pour les jeunes est catastrophique ! et les mesures proposées par l'état ne vont pas changer les choses.

René 07/07/2009 12:12

Si les crises éconmiques et finnacières ne servent pas à réduire les salaires directs et indirects des travailleurs elles en sont à n'en pas douter les causes principalesEmplois aidés, apprentisages, stages, contarts au rabais en tous genres voila bien les moyens de réduire les salaires sans toucher au revenu du capital qui a le soutien sans faille de nos gouvernantsLa route sera longue pour récupérer les quelques avantages que nous avions grapillés aux cours des luttes sociales du siècle dernier