Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

En France et dans toute l’Europe, le scrutin de dimanche a été marqué par une déferlante d’abstentions sans précédent. Notre ville ne fait pas exception : plus de 24000 Quimpérois ne se sont pas exprimés, près de 57% des électeurs inscrits, les plus basses participations étant surtout enregistrées dans les quartiers populaires.


Cette abstention massive traduit la profondeur de la crise de confiance des citoyens envers une Union Européenne dominée par le libéralisme et les intérêts financiers, destructrice des protections sociales et des services publics, sourde aux attentes populaires. Ce sentiment très fort de ne pas être entendu a été renforcé par le mépris avec lequel a été contourné honteusement le vote majoritaire du 29 mai 2005 en faveur du Non au projet de Constitution européenne (avec une participation de près de 75% !) dont le traité de Lisbonne reprend l’essentiel.

 

Il faut aussi examiner tant les abstentions que les résultats des listes en présence à la lumière d’une campagne électorale limitée dans le temps, où la mise en scène médiatique a remplacé le débat sur les véritables enjeux et sur les projets, le tout sur fond de consensus libéral, semant le trouble chez les électeurs.

 

C’est à l’honneur du Front de Gauche que d’avoir tiré la campagne vers le haut avec sa démarche ambitieuse et collective pour construire une alternative politique au libéralisme en France et en Europe, dans le prolongement du mouvement social. Ce rassemblement, initié par les communistes, a suscité de l’intérêt et permis l’élection de 4 députés du Front de Gauche en métropole auxquels s’ajoute un communiste réunionnais. À Quimper aussi les  résultats sont encourageants puisque, avec 1300 votants de moins qu’en 2004, nous passons de 758 voix à près de 1000, soit en pourcentage de 3,76 à 5,42 ; à noter aussi les 6,23% de Pluguffan.

 

Tout confirme la validité de la démarche du Front de Gauche : il n’y aura pas de réelle alternative sans une gauche combative et courageuse, unie et diverse, capable de rassembler sur un projet véritablement transformateur pour répondre aux attentes sociales et démocratiques.

C’est à la faire grandir que les communistes veulent continuer à travailler, sans exclusive, avec tous ceux qui partagent cette volonté et cet espoir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rock'n'bio 12/06/2009 11:11

Ha! ha! ha!Pourquoi tant de gens ne vont-ils pas voter? Voilà bien des considérations dignes de ceux qui croient encore à une espèce d'idéal républicain et démocratique... mais franchement, à quoi sert-il encore de voter?Je m'explique - parce que je ne suis pas de ceux non plus qui pensent que le vote ne sert à rien.Quand on vote, on choisit quelqu'un censé nous représenter. Il nous représente pour prendre des décisions à notre place. Youpi. C'est normal, nous, le peuple, nous ne sommes pas matures. Nous ne saurons pas prendre les bonnes décisions. Forcément. On a la tête dans le guidon, puisque nous travaillons tout le jour, et lorsque nous ne travaillons pas, on nous force à faire semblant de chercher du boulot. Et sorti du boulot, notre devoir de citoyen c'est de consommer. Churchill me semble-t-il a dit : nous ne voulons plus de citoyens, mais des consommateurs. Chacun sait que nous y sommes arrivés. Alors la politique, c'est pas pour nous : nous sommes tout juste bons à donner nos voix à quelqu'un qui, lui (ou elle), a travaillé dur pour être professionnel de la politique. Je force un peu le trait, je sais bien que beaucoup de politiques travaillent, mais ce sont eux qui sont dignes de confiance pour prendre des décisions, pas mon voisin.Bref, quand demande-t-on l'avis de la population? Quand il s'agit de trancher sur des questions peu importantes. Ou alors quand on fait des sondages (et nous sommes tellement content qu'on nous demande notre avis, pour une fois, que nous y répondons un peu trop souvent...) Alors, pour ou contre la constitution européenne? Contre! Ben c'est pas grave, on passe quand-même. Ben oui, nous ne sommes pas mûrs pour prendre des décisions de cette ampleur, nous ne comprenons rien à rien sinon on aurait voté oui, forcément. Et nous sommes tellement immaturs, que lorsque nous avons le privilège de voter pour les européennes, nous la boudons. N'allez pas vous plaindre de n'être pas entendu après ça!!! On se fout vraiment de nous.Et qui nous demande notre avis, concernant l'utilisation de l'énergie nucléaire? Concernant les ventes d'armes? Concernant le mode de démocratie que nous voulons? Concernant le type de société dans laquelle nous voulons vivre? Quelle Europe voulons-nous? Etc. Tout ceci, on le décide à notre place, parce que nous sommes immatures. Ni nous étions mûrs, alors nous intégrerions un parti politique, comme les autres, et nous nous engagerions - en faisant fi de toutes nos autres obligations citoyennes, notamment celle envers notre famille - en nous laissant assimiler par le système politique. Ben mon gars, sois pas utopique, ça marche comme ça un point c'est tout.Voilà pourquoi une partie des abstentionnistes (voire abstentionnalites, plus revendicatifs!) existe. Parce qu'il est temps de vivre un autre mode de société, qui passe peut-être pas le vote, mais pas par une démocratie hypocrite qui utilise les élections pour servir les intérêts du plus petit nombre (qui a parlé de profit?)Et la gauche dans tout ça? Elle ne me semble pas moins aliénante que la droite. Car remplacer l'ultralibéralisme par l'économie responsable (!!!) ou par les goulags (oh la caricature!) ne me semble pas plus enviable.Allez, vive la République, vive la France, et vive l'Europe!

Robert 09/06/2009 10:20

Je ne partage pas tout-à-fait ton analyse. Le fait qu'il y ait une abstention quasiment de 60 % au niveau national est très préoccupant.Néanmoins, je ne crois pas que les français ont un désintérêt pour les enjeux européens et internationaux.Pourquoi les électeurs ne vont pas voter ? Peut-être que quelque part ils ne trouvent pas leurs comptes dans la représentativité et les discours des partis politiques français ?A mon avis les partis de gauche sont voués à disparaître di'ci 20 à 30 ans s'ils restent bloqués sur des idéologies et problématiques du 19ième et 20ième siècle !Il ne serait même pas étonnant de voir qu'aux prochaines élections locales, les élus de droite s'adjuger la majorité des places.Depuis 20 ans que représente la gauche ? La France du passé ou du futur ?

mich.13 08/06/2009 21:40

Penhars infos, mille bravos pour cet article!!. Bravo à Penhars et Pluguffan pour leurs remarquables résultats. Dans ces moments là, j'aime encore plus ma Bretagne natale. Bravo Penhars infos, tes remarques sont justes, honnêtes et réchaufferont bien des coeurs. Il faut dire que c'est toujours très difficile de ramer à contre- courant!!, les médias nous ont complètement occultés, mais à force de travail sur le terrain et de convictions, on peut aider à construire un monde meilleur. A Martigues le Front de Gauche, arrivé en tête, a réussi un score remarquable de 21%, devant la droite 19%. Je transmets un salut fraternel à tous les camarades de Quimper, et particulièrement à ceux de Penhars.Bravo!!!