Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

 

 

Comme dans de nombreuses villes de France, le collectif Droit d’asile de Quimper s’est rassemblé, cet après-midi, devant le palais de Justice pour manifester contre le « délit de solidarité ».

 

Il y avait 80 personnes. Parmi elles, beaucoup aident régulièrement des demandeurs d’asile. Elles pourraient, selon la loi, être punies d’un emprisonnement de 5 ans et d’une amende de 30 000 € ! Avec, en plus, un nouvel amendement qui fixe pour 2010 un objectif de 5000 interpellations de ceux qui aident les sans-papiers !

 

Les manifestants ont tous entendu à la télévision les déclarations d’Éric Besson, ministre de l’immigration. Qu’il ne faut pas confondre ceux et celles qui aident les personnes en détresse avec ceux qui profitent de cette détresse, passeurs, exploiteurs en tous genres. Ils en ont pris acte. « Mais soyons vigilants », ont déclaré Jean-Pierre Bigorgne, vice président de Quimper communauté et Denise Le Bars, tous deux du comité Droit d’asile.

 

La situation à Quimper

Combien y a-t-il de demandeurs d’asile à Quimper ? Le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) est régulièrement complet. 66 places. Il faut y ajouter entre 20 ou 30 personnes qui attendent une place et qui sont pour le moment hébergées soit dans des familles de leur pays d’origine soit à l’hôtel. Comme cette famille tchétchène de sept  personnes qui vit dans deux chambres à l’hôtel. Avec une maman qui vient d’accoucher et n’a rien de prêt pour le bébé."  A notre connaissance, précise Denise Le Bars, il n’y a pas de demandeurs d’asile à la rue à Quimper ".  

 

Le travail du collectif

« Notre premier objectif, explique-t-elle, est de leur rendre leur dignité, qu’ils retrouvent confiance et espoir. Ce sont eux, par exemple, qui prennent en charge les repas-concerts. Nous les orientons vers l’apprentissage du français, des cours sui sont donnés à la MPT de Penhars et au collège Max-Jacob. Pour que les choses soient « claires », nous les incitons à se déclarer à la préfecture et nous les aidons dans toutes leurs démarches ».


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

libellule 09/04/2009 08:25

sans compter que les Réfugiés n'attendent pas ça pour bouger;
quel cran,pour tenir des mois(les 3 premiers sans rien)! C'est
Justice de soutenir une telle énergie!SiNON.."on est venu arrê-
ter mon voisin "politique";je n'ai rien dit;je n'ai pas de carte..on
est venu ensuite arrêter le gars de la mosquée;je n'ai pas bougé
:je suis catho;et puis ils sont venus m'arrêter,j'ai voulu crier..mais
il n'y avait plus personne" !!