Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

 



Deux grandes banderoles ouvraient la grande parade du festival de Cornouaille. Un cri d’alarme pour la défense d’une culture populaire vivante.

 

 

 

Penhars infos vous propose quelques extraits du tract diffusé par Kuzul Sevenadurel Breizh (le conseil culturel de Bretagne), Bodadeg ar Sonerien (l’assemblée des sonneurs), les confédérations Kendalc’h et War’l Leur et par Goueliou Breizh (fêtes traditionnelles de Bretagne).

 

« Un avant-projet de loi sur les pratiques amateurs met en danger toutes les activités artistiques exercées par des bénévoles à titre de loisir en voulant imposer des contrats individuels et la loi sur le travail des mineurs ! »

 

« Toute une série d’obstacles administratifs (notion de lucrativité, contrat de travail, loi sur le travail des enfants, limitation du recours à la publicité etc. ) seraient créées pour nous dissuader, nous, artistes amateurs bénévoles, ainsi que  les organisateurs de fêtes et spectacles, de nous produire devant vous et de vous faire profiter de spectacles de qualité à des coûts très abordables ».

 

La fin des festivals

« Une telle loi mettrait donc fin aux très nombreux festivals, fêtes et spectacles populaires ainsi qu’à l’activité de nombreuses associations en Bretagne comme partout en France. Chez nous, toute la spécificité des musiques et danses bretonnes, entretenue par près de 40000 bénévoles, serait remise en cause par ces nouvelles exigences administratives qui n’ont pas lieu d’être ».

 

Soumis au vote des parlementaires

« Nous dénonçons ce projet de loi qui devrait être soumis au vote des parlementaires à la rentrée 2008 car il remet en cause la liberté des pratiques culturelles, la diversité des cultures, les politiques de lien social, d’éducation des jeunes générations…, l’activité économique touristique et l’image de régions entières, les liens unissant artistes professionnels et amateurs en les mettant inutilement dos à dos, alors qu’ils sont complémentaires, la création culturelle en Bretagne et partout en France ».

 

« Mobilisons pour que le peuple demeure acteur de la culture ! ».

 

Peut-on imaginer, par exemple, un défilé de Cornouaille comme celui de dimanche dernier où il faudrait que les organisateurs signent un contrat de travail avec chaque sonneur et chaque danseur (salaire, charges et taxes) ? Il n’y a qu’un bagad  " professionnel " en Bretagne, celui de Lann-Bihoué de la marine nationale.

Une pétition circule dans toutes les fêtes cet été et une manifestation est prévue à Nantes le samedi 20 septembre. Voir les sites culturels bretons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Herve Prat 05/08/2008 18:25

Il est temps que tous les citoyens se mobilisent, ou la Bretagne risque de devenir un désert culturel au plus grand profit d'une certaine idée de la France, plébiscitée par des apprentis dictateurs qui ne disent pas leur nom.Poent eo stagan Bretonedgant stourm meur ar Vro!