Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

Eddy Roy, Pascal Pérennou et Solenn Le Forestier sur le secteur de Kervalguen.



Depuis le 2 juin, et jusqu’à mercredi prochain, une équipe de spécialistes de l’institut national des recherches archéologiques préventives (INRAP) est à pied d’œuvre sur le terrain de Kervalguen Vihan.

 

« Nous ne faisons pas de fouilles, nous établissons un diagnostic archéologique », précisent Eddy Roy et Solenn Le Forestier, les deux archéologues. Mais ils n’excluent pas du tout que des fouilles puissent commencer bientôt. Ils déposeront leur rapport en septembre et une commission prendra sa décision avant novembre.

 

Péripéties « à la pelle »

Ce diagnostic archéologique est systématique avant tout lancement de grands travaux. Dans ce secteur de Kervalguen Kergestin, la ville a prévu la création d’une zone d’habitation de 320/350 logements sur une surface d’une vingtaine d’hectares. Un projet riche en rebondissements que connaissent bien les lecteurs de Penhars infos. Depuis le lancement de l’enquête publique jusqu’à la décision récente de Daniel Le Bigot, deuxième adjoint, chargé de l’urbanisme et du cadre de vie, de remettre le dossier « à plat ».

 

Un site riche

Les premiers sondages des archéologues pourraient venir « corser » l’histoire. Avec l’aide de Pascal Pérennou, conducteur le la pelle mécanique et spécialiste dans ce domaine, lui aussi, nos chercheurs creusent, un peu partout dans le terrain, des tranchées de deux mètres de large et d’une profondeur de 25 à 30 cm. Avec délicatesse. Car ce qu’ils découvrent est déjà riche d’enseignements.

 

De la protohistoire au Moyen-âge

« C’est un bon site archéologique », disent-ils. On y trouve de nombreux « impacts », des traces de la présence d’habitants et, plus intéressant encore, sur plusieurs époques, depuis la fin de la préhistoire jusqu’au Moyen-âge. Curieusement, ils n’ont pas, ou pas encore, trouvé d’impacts de l’époque gallo romaine alors que le site est assez proche du camp romain de Kercaradec. Est-ce que la richesse du site entraînera une nouvelle modification du projet de zone d’habitation ? On le saura dans quelques mois.

 

 Derrière le bourg de Penhars, 20 ha pour la création d'une zone d'habitation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article