Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

 

 


Une salle où se côtoyaient adolescents et adultes.


Dans le cadre du « Festival sur paroles », organisé par les bibliothèques du Finistère et par l’association pour le développement des Arts de l’oralité (ADAO), la bibliothèque de Penhars a accueilli, jeudi, la conteuse Fatiha Sadek-Capron.

 

Par la justesse de ses mots, de sa voix et de ses gestes, Fatiha a tenu en haleine, pendant plus d’une heure, une assistance composée d’adolescents et d’adultes. Son conte, « Le rêve de Thia », est construit sur un récit de vie, « entre rêve et souvenirs ». « Dans ce spectacle, dit-elle, j’ai voulu conter non seulement l’histoire des miens mais aussi celle d’une communauté ».

 

Tout commence à Casablanca où vit une laveuse de laine et ses cinq enfants. Elle en attend un sixième. Une famille pauvre qui rêve de partir au pays où l’on peut « cueillir les pièces d’or qui poussent sur les arbres ». Les papiers arrivent enfin et c’est l’aventure pour le « paradis ».

 

A Pontanézen

Le voyage s’arrête à Brest. La famille est d’abord logée dans les baraques construites après la guerre. Puis dans les HLM de Pontanézen. Le luxe, avec salle de bain, chambre individuelle ! Avec humour et tendresse, la conteuse aborde les problèmes de l’immigration, du choc des civilisations, de l’intégration, de la condition des femmes, de l’apprentissage de la langue, du travail. Pas la révolte, la confiance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article