Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars infos

 

Deux " maquettes ", de 4m x 5m, construites avec les portes de l'ancienne tour L3.

« A l’occasion de l’exposition Chantiers, organisée au Quartier, Centre d’art contemporain, du 11 avril au 8 juin 2008, l’artiste Séverine Hubard a réalisé un projet lié à l’histoire et à l’actualité des travaux d’urbanisme dans le quartier de Penhars ».

 

 

Ce dossier de presse du Quartier a, de suite, éveillé l’attention de Penhars infos qui, dès son retour du Portugal, est descendu sur les Chantiers. Une visite gratuite pour les habitants de Penhars.

 

Les pyramides tronquées

« Vue d’avion, la Maison pour tous de Penhars » est installée dans la troisième salle. Le visiteur, s’il fréquente Kermoysan, reconnaît de suite les deux structures exposées : la MPT et le centre social. Les murs triangulaires, les pyramides tronquées, les plates-formes des toits. Ce ne sont pas des maquettes qui reproduisent exactement les deux maisons. L’artiste y a laissé sa « patte ». Mais on retrouve tout à fait les formes choisies en 1977 par l’architecte et urbaniste Jean Le Berre qui voulait rompre avec les angles droits et les parallèles des tours et des barres de la ZUP.

 

Une architecture qui a « fasciné » et inspiré Séverine Hubard. Pour réaliser son projet, elle a utilisé 90 portes, récupérées au cours de la déconstruction de la tour L3. Un matériau, qu’avec l’aide de Maurice et Yann, du centre d’art contemporain, elle a scié en biais, en triangle, en carré … pour monter deux structures d’une surface au sol d’environ 4m sur 5m pour chacune.

 

Des portes qui parlent

Les portes n’ont été ni grattées, ni repeintes. Elles sont restées telles quelles, comme à l’époque où elles étaient en « vie » dans les appartements. Avec leur couleur, leur papier peint. Des poignées parfois, des gonds. Et c’est là que l’émotion tombe sur le visiteur. Il cherche pour voir si, par hasard, ses portes ne sont pas là, où celles de la voisine. Il retrouve des portes de placards, de salle de bain, de chambre. C’est toute une partie de vie qui revient à la mémoire. Merci l’artiste.

 

Mais il reste encore la deuxième tranche de démolition pour la rénovation urbaine. La tour de Picardie, l’entrée de la rue de Vendée. Si d’autres artistes, avec la participation des habitants avaient des idées pour réaliser d’autres œuvres originales, ce serait bien.



La MPT de Penhars et le centre social de Kermoysan ont inspiré Séverine Hubard.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article