Autour du monde

Météo

Publié par Penhars infos

undefined 
Après la rue de Picardie, le bas de la rue de Vendée. 40 logements.

Alors que se poursuit le concassage des gravats des immeubles de Picardie, la démolition de la rue de Vendée a commencé cet après-midi.
 
« Il me faudra une semaine », assure Christian le conducteur de la pelle hydraulique de la société STPI du Guilers. Sept jours seulement pour raser les 40 logements du 18 au 24 de la rue de Vendée.
 
15 h 30. Christian prend place dans sa cabine. Essai de l’impressionnante mâchoire et ultime réglage. Le travail peut débuter. La routine, quoi, dans ce projet de rénovation urbaine du quartier de Kermoysan. Il n’y a d’ailleurs qu’un seul « spectateur », un garçon de 13 ans qui habite le haut de la rue.
 
Les coups de boutoir
La machine attaque au 22, l’entrée au milieu du U que forment les immeubles. Ses coups de boutoir résonnent dans les appartements « désossés ». Un bruit sourd répercuté en écho par les bâtiments du lycée de Cornouaille, juste en face. Mais on est en vacances, les classes sont vides.
 
Les blocs de béton tombent les uns sur les autres, soulevant un nuage de poussière qui pique les yeux, irrite la gorge. En moins d’une heure, la mâchoire a bien entamé les deux tiers de six logements sur trois étages. Dans une semaine, on passe au concassage.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article