Autour du monde

Météo

Publié par ARC

mai06-001.jpg
Il y a un an, les pigeons se sont régalés des graines pour la pelouse. Le terrain aujourd'hui est couvert de trèfle.
 
 
 
Peu après la démolition de la tour L3, nos élus, en grandes pompes et en escarpins, étaient venus semer la pelouse à l’emplacement de l’immeubles.
 
Avec l’Arz et la manière, Karine, l’adjointe chargée de Penhars, avait lancée à la volée les graines, espoir d’une jolie pelouse.
 Les yeux dans les yeux et le râteau dans l’autre, Alain Gérard, le sénateur maire et Christian Le Bihan, président de l’OPAC, s’étaient efforcés, sous le regard un brin moqueur de leurs collègues, de disperser ces semences. Pas beaucoup. Les politiques ne savent pas ratisser le terrain.
 
Un an plus tard, ce qui devait être une pelouse douce, verte et régulière, est envahi par d’innombrables touffes de trèfle. On est parfois chauds dans le quartier, mais on n’est pas des lapins. Quoique, en se mettant à quatre pattes, on pourrait trouver notre bonheur dans ce pré, un trèfle à quatre feuilles. Un vrai. Le porte bonheur pour le porte monnaie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article