Autour du monde

Archives

Météo

Publié par Penhars Infos

Jean-Pierre Doucen, adjoint chargé de l'éducation et de la langue bretonne et Ludovic Jolivet maire de Quimper, en visite de rentrée scolaire à Kergestin

Jean-Pierre Doucen, adjoint chargé de l'éducation et de la langue bretonne et Ludovic Jolivet maire de Quimper, en visite de rentrée scolaire à Kergestin

En imposant la suppression d'un poste d'enseignant et donc la fermeture d'une classe à l'école Paul-Langevin à Kermoysan, quatre jours après la rentrée scolaire, l'éducation nationale s'est trompée. Les élus, qu'ils soient du quartier, de la ville, du canton, du département ou de la région doivent le lui dire

 

Tous ces élus ont sûrement déclaré un jour que pour eux la priorité était la jeunesse, donner aux enfants tous les moyens de leur réussite, l'égalité des chances pour tous... Le discours a marché, puis qu'ils sont élus. Maintenant; il faut appliquer ces promesses.

 

Kermoysan est un quartier prioritaire. Si les travaux de la première partie de la rénovation urbaine ont embelli le cadre de vie et apporté de nouveaux équipements, notre quartier est toujours celui où l'on trouve le plus de familles en situation de précarité, le plus chômeurs, L'espoir de ces familles est que les enfants réussissent à l'école.

 

Les quatre écoles élémentaires et primaires du centre du quartier sont en réseau d'éducation prioritaire (REP) qui doit apporter des moyens humains et financiers pour favoriser la réussite des élèves. Comme par exemple, le dédoublement de la classe de CP à Kergestin : deux classes de 10 et 11 élèves, deux enseignants. C'est mieux pour apprendre à lire et à compter.

 

Occupation de l'école

A l'école Paul-Langevin, non. C'est le contraire. La classe de CP (19 élèves), la plus importante pour l'apprentissage des bases, est coupée en deux. Une partie des élèves va rejoindre ceux de grande section maternelle et l'autre partie rejoint le CE1. 23 élèves dans chacune des nouvelles classes.

 

Tout le monde voit bien que ça ne va pas. Il faut le dire. Pourtant, pour le moment, aucun élu n'a réagi. Ils pourront le faire lundi prochain en rejoignant les parents et tous ceux que cette décision révoltent, qui vont occuper l'école à partir de 8h30.

Avec ou sans élus, plus on sera de monde lundi, plus on sera forts pour défendre l'égalité des chances pour les enfants du quartier.

Des élues, la présidente du conseil départemental du Finistère, la députée, la sénatrice en visite cette semaine au collège Max-Jacob

Des élues, la présidente du conseil départemental du Finistère, la députée, la sénatrice en visite cette semaine au collège Max-Jacob

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article