Autour du monde

Météo

Publié par Penhars Infos

Le Quartier Quimper : communiqué de Piero Rainero, conseiller municipal (PC)

Fermeture du Centre d'Art Contemporain de Quimper, déclaration de Piero Rainero, conseiller municipal communiste

Ces derniers mois, je me suis élevé à plusieurs reprises au conseil municipal contre les choix politiques et culturels du maire de Quimper qui mettaient en danger l'existence du Centre d'Art Contemporain.

Dénonçant l'amputation des subventions nécessaires à son fonctionnement et la suppression du poste de sa directrice, j'ai interrogé Ludovic Jolivet et ses adjoints sur les menaces de fermeture que ces décisions faisaient peser sur le Quartier.

Il m'a été répondu que ce risque n'existait pas...

Et voilà aujourd'hui l'annonce brutale et sans appel par le maire de la fermeture de ce lieu de culture qui contribue au rayonnement de Quimper, de la Cornouaille, de la Bretagne, et dont la presse nationale se fait l'écho.

Lieu aussi de formation et d'éveil à l'art pour les nombreux scolaires qui le fréquentent.

Cette fermeture s'inscrit dans une volonté politique du maire et de son entourage qui n'ont que mépris pour la culture.

En témoignent leurs déclarations fracassantes, visant aussi bien le théâtre pour enfants que les musiques contemporaines, et leur mise en cause systématique du travail culturel accompli depuis des années par les professionnels, les associations, les enseignants.

En portant atteinte à ce patrimoine vivant et créatif, les choix municipaux dégradent l'image de Quimper.

Car ce qui fait l'image de notre ville, Monsieur Jolivet, ce n'est pas l'ouverture des commerces le dimanche que vous voulez imposer aux salarié-e-s, c'est sa riche vie associative et culturelle.

Les raisons budgétaires qu'avance le maire sont à la fois inacceptables et hypocrites.

Inacceptables, car la vie culturelle ne saurait en aucune circonstance être soumise à des critères étroitement financiers de petit boutiquier, encore moins en période de crise sociale et politique comme celle qui traverse notre pays.

Hypocrites, car ce manque de financements invoqué pour le Quartier et plus généralement pour la culture, n'est plus un obstacle quand il s'agit de répondre aux demandes d'associations bien en cour.

Il est clair que la fermeture du Quartier relève plus de critères idéologiques que financiers.

Certes la baisse des dotations de l'État place les collectivités territoriales et leurs élus dans de réelles difficultés pour répondre aux besoins des populations.

Élu communiste, je ne l'accepte pas et je continuerai avec bien d'autres à combattre ces choix désastreux, contrairement au maire de Quimper qui est partisan d'une politique d'austérité encore plus violente et ne s'en cache pas.

Avec mes amis communistes, nous appelons tous les Quimpérois, les Cornouaillais, les citoyens attachés à la culture dans sa diversité, à défendre le Quartier et ses salariés, à exiger l'annulation de sa fermeture.

Je demande la réunion d'un conseil municipal extraordinaire dans les plus brefs délais pour en débattre au grand jour.

J'appelle à la vigilance et à la mobilisation contre toute nouvelle atteinte à la culture, à la liberté d'expression, à la démocratie, au vivre-ensemble.

Piero Rainero, le 8 juin 2016

Commenter cet article

mich13 12/06/2016 10:13

Mettez en place une municipalité communiste , à Martigues ça fonctionne plutôt très bien, aucune suppression de centre culturel...ni autre. Notre député maire est un excellent gestionnaire. Salut fraternel aux camarades quimpérois.